Notre histoire

La Charente est jalonnée de ports : Saint-Savinien, Taillebourg, Bussac sur Charente, Saintes, Chaniers et Port d’Envaux. Ancien village de pêcheurs, Port d’Envaux tire son nom de sa situation géographique puisqu’il se situe non seulement en aval de Taillebourg, mais également au milieu de nombreuses vallées.

Le fleuve Charente  fut une artère économique et commerciale très active dès l’époque gallo-romaine avec le transport du sel, et dès le XVIe siècle les fameuses poteries de la Chapelle des Pots, la pierre dite « de Crazannes » mais également le bois de chauffage et de charronnage et le sel.
Au XIIIe siècle, les gabares transportaient les vins et le sel. Cette activité portuaire amena la prospérité comme en témoignent toutes les belles demeures et châteaux situés le long de la Charente. La Commune de Port d’Envaux affichait alors clairement son ambition portuaire : de nombreux chantiers en construction de navires, des charpentiers de marine, des marins, des voiliers, des cordiers, des capitaines, un syndic des gens de mer, un notaire, un percepteur,  des bouchers, des  charcutiers, des épiciers, des boulangers, cafés et restaurants…

Au moment de la Révolution, Port d’Envaux s’enorgueillissait même d’une école de navigation. La Paroisse de Saint-Saturnin de Séchaud devient commune à la Révolution. Port d’Envaux ne devient Chef lieu de la Commune qu’en 1852 et compte 1536 habitants.

Le XIXe siècle marqua le déclin du trafic fluvial avec l’avènement du chemin de fer.

La Charente est déclassée des voies navigables en 1926.

En 1902 fut réalisée la ligne de chemin de fer reliant Taillebourg à St Porchaire en passant par Port d’EnvauxCrazannes. Ce tortillard dit le « Tramway » circulait à une vitesse de 20 Km/heure, 3 fois par jour, avec 8 voitures.
Il fonctionna de 1904 à 1925.

Hommes célèbres

John Chandos : grand capitaine anglais de la guerre de cent ans, Connétable de Guyenne et Sénéchal du Poitou, fort estimé des Français et en particulier de Du Guesclin. C’est lui qui captura le roi Jean le Bon à la Bataille de Poitiers en 1356.

John Chandos a séjourné à plusieurs reprises à « La Tour » à Saint-Saturnin qui était pour lui une maison de vacances.

Il est mortellement blessé lors d’ une escarmouche au Pont de Lussac-les-Châteaux, le 31 décembre 1369.

Mémorial John Chandos à Lussac les Châteaux.

Humbolt et Bonpland sur l’Orénoque
Toile (80x150) par Eduard Ender (1850) exposée à Berlin

Aimé Bonpland : médecin, botaniste, explorateur, idéaliste talentueux, a été l’ami d’Alexandre von Humboldt, l’Intendant général des Domaines de l’impératrice Joséphine de Beauharnais et l’ami de Simon Bolivar.

Les parents d’Aimé Bonpland possédaient une propriété à Port d’Envaux « Les Chauvins » où Aimé est venu et a été l’inspirateur de nombreuses plantations dont une allée de marronniers décimée lors de la tempête de 1999.

« Botanistes voyageurs »  ou la passion des plantes : livre à consulter à la Médiathèque de Port d’Envaux.

Ils ont séjourné à Port d’ Envaux

Antoine Bourreau de Beauséjour
1771 – 1855

Jean Baptiste Morraglia
1890-1965

Vincent La Soudière
1939-1993

Hier  la Batellerie…  Aujourd’hui, le tourisme fluvial…

Le Port d’Envaux d’autrefois, avec sa renommée maritime et fluviale, sa renommée commerciale, est retracé à l’aide de pittoresques photographies anciennes, de documents et des témoignages. On y retrouve les images des lieux principaux, de l’économie locale, des fêtes et cérémonies, de l’école, des sports, de la culture et des loisirs, ainsi qu’une galerie de portraits de personnages qui ont compté pour la commune avec en toile de fond le fleuve Charente, atout majeur du développement de cette commune au passé « riche ».

Ouvrage de mémoire en vente chez les Commerçants de Port d’Envaux et à la Mairie.

Le bilan scientifique 2013 présenté  par le Service Régional de l’Archéologie. Ce document présente les résultats des travaux archéologiques de terrain effectués en Poitou-Charente. De nombreux lieux de Charente-Maritime ont fait l’objet de ces études.

La page 112 est consacrée à Port d’Envaux, sur le site immergé du Priousté.

Une épave du Moyen Age (milieu du VIIe siècle début du VIII) a été répertoriée.

Ouvrage rédigé sous la direction conjointe de Madame Annie Dumont et de Monsieur Jean François Mariotti, aux Editions Universitaires de Dijon (DRAC, Service Régional de l’Archéologie, Poitiers).

Cette monographie fait la synthèse des travaux menés durant 10 ans, dans le cadre d’une prospection thématique et d’un projet collectif de recherche.

Disponible à la Médiathèque

Lire l’article paru en mai 2013 et écrit par Jean Gaud : Port d’Envaux et la Batellerie… un essor commun avec l’aimable autorisation de l’Association La Saintonge littéraire.